Bucovina si Francofonia

De mai mulți ani, 20 martie a fost declarată Ziua Francofoniei. Pentru anul 2010, în onoarea aniversării a 40 de ani de existență a Organizației Internaționale a Francofoniei (O.I.F.), domnul Abdou Diouf, Secretar general al Francofoniei, a propus ca temă: „Préparer la Francophonie de demain” ( tr. “Să pregătim Francofonia de mâine”).

Adunarea Parlamentară a Francofoniei (A.P.F) a invitat Delegația română a Francofoniei să contribuie la realizarea unui număr special al revistei „Parlements et Francophonie”.

Iată textul care a fost selectat pentru a fi trimis către A.P.F. şi care aparţine deputatului PD-L de Suceava, Sanda-Maria Ardeleanu.

“La Bucovine roumaine, Terre de la Francophonie

Pays de l’histoire et des légendes, région des monastères à peinture extérieure uniques au monde, carrefour des traditions multiculturelles et pluriethniques séculaires, la Bucovine roumaine ne cesse de préserver, tout en le cultivant, un dialogue des langues – symbole de l’ouverture d’esprit des gens qui y habitent.

Au-delà du roumain, de l’ukrainien et du polonais, du russe et de l’allemand, dans ce concert bien harmonisé des langues qu’on parle en Bucovine il y a une langue qui s’est imposée au cours des siècles en tant qu’instrument de culture qui rapproche et encourage la confiance mutuelle : c’est le français.

Loin d’être remplacé dans ses fonctions par un autre moyen de communication, le français reste en Bucovine la langue choisie par grand nombre d’élèves et d’étudiants, non pas comme ʺla langue étrangèreʺ, mais comme une langue qui a, ‘l’air de famille’, la langue d’une culture préféreé par les grands-parents et les parents et qu’on doit respecter en tant que telle.

C’est là l’essentiel de notre francophonie bucovinienne: son aspect humain, qui dépasse toute fracture numérique sans doute interpretable. Car ʺil est difficile de séparer le cœur de la raisonʺ, comme disait Nicolae Titulescu, fondateur de la Société des Nations, quand il s’agit de notre Francophonie roumaine.

En plus, ce qui est malheureusement très peu connu encore, c’est que, dans le Département de Suceava, la Francophonie reste un mouvement culturel et social, entretenu par de vrais militants francophones (enseignants et professeurs d’université, écrivains, publicistes et journalistes, médecins et ingénieurs, intellectuels et fonctionnaires de haut rang dans l’administration, politiques et d’autres).

Dans une Maison de l’Amitié à Suceava, la France a sa place privilégiée. A l’Université ʺȘtefan cel Mare ʺ, les accords bilatéraux et les partenariats avec la France, les projets de coopération interuniversitaire sont au plus grand nombre. L’investisseur français est bien représenté et encouragé dans la région. Le ʺmodèle françaisʺ est vivant en beaucoup de domaines, parmi lesquels le tourisme.

Mais la ʺFrancophonie de demainʺ en Bucovine, c’est celle des jeunes. Mihaela Sasu, étudiante à Suceava, et membre du Parlement des jeunes dans le cadre de l’Assemblée Parlementaire de la Francophonie, c’est aujourd’hui un bon exemple de ce que la Francophonie de Bucovine peut donner aux institutions européennes. Par elle, toute la jeunesse francophone de Bucovine et de la Roumaine sourit à l’avenir de la Francophonie!

Sanda- Maria ARDELEANU
Professeur de linguistique et Député
Chevalier dans l’Ordre des Palmes Académiques”